C’est dans son éclectisme que le collectif d’artistes de la Compagnie Puls’Art puise sa richesse.

Des artistes pluridisciplinaires (plasticiens, danseurs, costumiers, musiciens, photographes..) collaborent et multiplient les expériences pour la mise en œuvre collective de créations originales.
La chorégraphe est une artiste issue de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles (Belgique) Macha Mélanie Bastide développe son travail d’improvisations lors de nombreuses performances (manifestations culturelles, vernissages d’expositions d’Art contemporain) mêlant ainsi ses capacités de danseuse et de plasticienne.

Elle obtient le diplôme d’Etat de professeur de danse à Montpellier (France) et fonde la Compagnie Puls’art en 2004.
 

                                 Entre 2009 et 2013, la cie Puls’Art s’est associée au Musicien Yura-Yura pour donner

                                 des Performances dans de nombreux festivals de Musiques électroniques dont :

                                Shlagstrom Festival - Berlin (2010),

                                Noxious Art Festival - Paris (2010),

                                Festival Novosonic  - Dijon (2011),

                                “Superette Festival” - Suisse (2011),

                                “Liaisons Dangereuses”  - Pologne (2012),

                                “Form of Hands”  - Bönen Alemagne  (2013)

 

                                Macha Mélanie danse devant des projections vidéo qu’elle réalise en amont avec des

                                images issues d’improvisations dans divers lieux publics. Cheminant d’une mise en

                                abîme à une autre, elle explore les possibilités d’un art hybride, sensoriel, et hypnotique.

 

En 2014, la cie Puls’Art crée “One” une pièce de Danse-Théâtre pour 8 danseuses et 2 comédiennes. S’y mêlent le théâtre et la danse contemporaine, la performance et l’improvisation. Cette exploration est avant tout une expérience humaine collective dont le fils conducteur est le corps. Le travail de recherche/mouvement s’articule autour de la vie organique, celle que l’on sent vibrer à l’intérieur même de ses os.

La fulgurance poétique qui émane de cette première pièce cheville au cœur et au corps le spectateur est happé par les sonorités électroniques, les jeux de lumières contrastés et par les costumes/robes couleurs chair que les danseuses éviscèrent.

“One” est jouée deux années consecutives (2014 et 2015) au Théâtre La Vista de Montpellier.

 

“Les Bestioles” : En 2015, la cie Puls’Art a donné deux Performances (Atelier du Nord à Montpellier, et Show Garden, à Reus en Espagne) 

Les danseuses peuplent l’espace scènique dans des costumes réalisés par Sophie Polune qui est issue de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier. Sa conception des costumes ne s’arrête pas aux limites du corps, mais donne matière à l’espace à travers un travail de peintures et de sculptures animées où l’énergie circule : ceci visant l’élaboration de véritables tableaux vivants et organiques.

 

“Eau Dich” (Eau toi-même) : En juillet 2016, Macha a créé une performance à Berlin avec une autre danseuse de la cie Puls’Art, Karinne Grenier, et 2000 sacs en plastiques. Cette performance fut donnée pour le vernissage de l’exposition BITTERES WASSER. L’atmosphère à la fois poétique, esthétique et chaude du plastique venait questionner de façon douce-amère le rapport de l’homme à la nature. Au début la danse est douce, puis elle étouffe, lutte… pour ensuite chercher un accord, à travers des boucles de mouvements qui évoquent un désir de ré-équilibre, l’équilibre dans le balancement, à l’écoute de l’eau qui est en nous pour prendre soin de celle qui est autour.

 

“At War with Langage” : Depuis janvier 2016, Macha travaille avec le collectif GAP (global art project) un groupe international d’artistes, fondé par Carl Heyward (San Francisco – USA). En aout 2016, elle participe à GAP IV  à Venise (Italie), rejointe par 3 des danseuses de la cie Puls’Art. 

Elle y créé une nouvelle version de “At War with Langage” une performance initialement créée par Maria T. Allocco pour l’exposition collective à San Francisco honorant les 100 ans du mouvement DADA. Cette nouvelle performance utilise à la fois la projection vidéo, la danse, la superposition de lieux, d’époques, de corps, de voix, de langages, de lettres, d’intonations..  pour élaborer un langage mouvant – au-delà des mots, une poésie vivante, écrite avec des corps recto-verso.

 

Depuis janvier 2017, la compagnie Puls’Art travaille à la création d’une nouvelle pièce, “Aliénation” qui incorpore et transforme les expériences performatives vécues en 2016. Ce spectacle de 45 minutes est  donné au Théâtre La Vista (Montpellier, France) le 8 juillet 2017 et  pendant le Festival “Rythmes et Formes du Monde” au Sobo Badé  (Toubab Dialaw, Sénégal) fin décembre.

Vous voulez nous voir ? Nous programmer ? Faire une collaboration ?

CONTACTEZ-NOUS :

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now